Poésie et Événement

30 mai 2012

SEUL

Je      Loukanikos           personne regarde. Aujourd'hui          avancer         seul         face        nuage noir           orde           de        points blancs       exprimer           colère.  Seul       moyen          moi               exprimer              aboyer           tue tête            éspérant               nuage            comprenne           colère        sans          mettre                    pleuvoir               car         peau         protéger           ,              dents         défendre         moi            mort             avant                 comprendre.

Posté par biennaledespoete à 11:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]


26 mai 2012

Vietnam (Antoine)

Vietnam



Le vide      grand        paysage mort       fumée        s'échappant       d'un journal       seules       les fleuves     

 peuvent être lues         sur les visages         des points faibles      de l'horizon         perdu        dans cette noirceur.

Posté par biennaledespoete à 12:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

25 mai 2012

Premiers pas (Mathieu)

Un point blanc posé sur une planête vide et sombre

un premier pas menant vers l'inconnu tant désiré

la silhouette se dirige lentement , tel une ombre

vers l'inédit d'un nouveau monde enfin trouvé

 

La terre crisse sous le poids , cependant allegé

de cet homme tenant un drapeau comme une voile

drappeau d'un grand peuple dont il est le pionnier

perdu, minuscule point au milieu des étoiles

Posté par biennaledespoete à 22:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Cauchemar réel

 

Personne

 rues vides

 jonchées de cadavres

 distorsionnés

gonflés.

Abandonné

 Seul

 Isolé

 au milieu du désert

je cherche.

 Je cherche

 âmes vivantes

 où

 il n’y a

que carcasses

 puantes.

 Personne

 ville

abandonnée

désertée.

Foule

Fourmillante

Disparue.

Posté par biennaledespoete à 21:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Viet-Nâm [ Lamia ]

 L'oiseau d'acier dépose un cadeau empoisonné. Hurlements. Du haut de mon nuage, j'entends le désespoir de ces gens, l'horreur de ce que je viens de leur infliger. Un nuage noir avale les petites silhouettes, comme une vague de désolation. Ces silhouettes sont minuscules, des enfants, surement. Les enfants de la tristesse acide du monde.

Posté par biennaledespoete à 21:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]


La chaise électrique (Louna)

La chaise                 ce cachot       effraie tous ces rats     au teint pâle       mine grise

destins célés              rêves hantés                                    macabre mélodie 

        odeur de chair brûlée                       encore endormi                 dans un monde de songes

battements de mon coeur      rapides                         consommé      immense frayeur

        un vide         dans ma poitrine                  une escapade            

sensation étrange                                             une escapade             insignifiante     illusoire

Posté par biennaledespoete à 21:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

La mort d'un frère (Alice K.)

incompréhension                                                 pourquoi ?

agitation                              pleurs                              néant

moi          impassible          pourquoi ?          je ne pleure pas

incompréhension           un oiseau           coloré           envolé

où ?                 je ne sais pas                 je ne comprend pas

nous                            disparus                            avec lui...

Posté par biennaledespoete à 20:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 avril 2012

changez, par Romain

changez

(fichier pdf à télécharger)

Posté par biennaledespoete à 14:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

sans titre (Malcolm)

nous n’avons pas de fierté
fierté
fierté
en dépit
en dépit
en dépit de la guerre
de la guerre
la guerre
guerre
guerre
de l’enemi invisible
invisible
invisibles meurtres innombrables
innombrables
innombrables impositions
de bonne volonté
de bonne volonté
bonne volonté
bonne volonté
la volonté abandonnée
la volonté abandonnée
orpheline française
orpheline française




Posté par biennaledespoete à 14:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

notre campagne, par Florian

Notre campagne











Chers amis
chers, amis
hers
Chers répu
répu

république,


Chers amis,
ce dis
ce dis
ce ce ce ce discours,
ce discours,
n’est que
que
que vi,
 vio,
viol,
lence,
violence
Chers
amis,
ce
dis
ce dis
ce discours, discours
n’est que,
n’est que,
men,
menson,
mensonge
Chers amis,
la répu, république
ne gagne que
que
que
par la lence,
vio, vio, lence
et l’inti,
l’intimi,
l’intimidation, l’intimidation.
Chers amis,
la république,
la, république, la république,
n’est fait que de guet,
guet,
guet, guet-apens
et de coup,
coup, coup,
coup-bas,
coup-bas, coup.
Chers amis,
la répu,
repu, repu
répu, république
n’est fait que
que que
de crim,
crim, crim,
criminel,
de dé,
détraqué,
dé, dé, démence.
Chers amis,
notre lutte,
notre, notre,
notre guerre,
notre, notre lutte
notre guerre,
notre, notre, campagne,
n’est qu’ho,
qu’ho, qu’horreur.


Chers amis,
pour l’heure,
nos cœurs ,nos cœurs,
saignent

oui

nos cœurs

Posté par biennaledespoete à 14:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]